Depuis 2016
Illuminons les sourires de Médina Ndaw

Depuis 2016, quatre équipes ont été à la tête de l'association, dans un seul but : éclairer les villages de la région de Kaolack.

2019 - 2020

L'équipe actuelle


L'électrification du village de Medina Ndaw lors des années précédentes a pu montrer l'engagement de l'association. Décidée d'étendre le projet aux villages aux alentours de Medina Ndaw, une nouvelle équipe reprend la tête de l'association en Novembre 2019.

 


L'objectif cette année est d'installer huit panneaux solaires dans les deux villages de N'Goufa et Malo Malo. La solution électrique choisie est similaire aux années précédentes, ayant prouvée son efficacité de part les retours positifs des habitants du village de Medina Ndaw.

L'équipe étant déterminée, dès le début de son mandat de nombreux évènements sont organisés pour récolter des fonds. Malheureusement, le contexte sanitaire de l'année 2020 a ralenti fortement cette récolte : l'association a encore plus besoin de votre aide !


2018 - 2019

La troisième génération

En 2018, c'est une équipe composée de 14 étudiants qui reprend le projet, décidée à l'étendre.

Le village de Medina Ndaw n'ayant pu être complètement éclairé l'année précédente, finir son électrification fut l'objectif de cette année là.

Tout au long de l'année, la récolte de fonds fut menée par le groupe d'étudiants. Petits-déjeuners, soirées, participation à des concours, demandes de subventions : tout fut mis en œuvre pour que la somme nécessaire soit récoltée.

Grâce au travail acharné des étudiants, cinq d'entre eux ont pu partir en Novembre 2019 au Sénégal. Lors de ce voyage, 2 autres lampadaires solaires ont pu être installés et un ancien défectueux fut remplacé, permettant à la place du village et à certaines rues à proximité d'être éclairée. Une étude de terrain et de besoins dans les villages de N'Goufa et Malomalo, deux villages voisins très liés à Ndaw, a également été faite lors de ce voyage.


2016 - 2018

Les débuts de l'association

Ce projet est le premier de l'association et s'est déroulé sur deux ans, de novembre 2016 à novembre 2018. Il a été proposé par le directeur de l'ENSEM de l'époque, Mostafa Fourar et le professeur Samba Fall.  

Première année : lancement du projet

La première année, douze étudiants en première année à l'ENSEM ont fondé l'association, commencé la récolte de fonds et travaillé sur la solution technique. 

La première étape a été l'étude des différentes énergies renouvelables afin de déterminer quelles alternatives étaient réellement envisageables pour Medina Ndaw. Finalement, l'énergie solaire a été considérée comme la plus adaptée. Le système de production devait donc comprendre des panneaux photovoltaïques, dont le rôle est de transformer le rayonnement solaire capté en énergie électrique. En effet, les désavantages connus comme par exemple le manque d'ensoleillement suivant les saisons, durant la journée ou encore les conditions météorologiques n'en sont pas pour ce village.

Avec cette solution  il faut construire un local technique dans lequel se trouve l'armoire électrique (composée d'un onduleur, d'un régulateur de charge, d'un convertisseur de tension, d'un disjoncteur), ainsi que le système de stockage ( batteries).

Des panneaux solaires seraient ensuite placés au alentour du local pour recharger les batteries pendant la journée puis redistribué (à l'aide de câbles) vers les projecteurs situés sur la place du village. L'éloignement entraînerait un certain nombre de pertes (pour les limiter au maximum il faudrait prendre une section de câble suffisamment grande).

Le local technique permet de protéger le système contre l'extérieur (tempêtes de sable, forte chaleur, pluie, animaux ...), contre le vol mais aussi contre l'électrisation. En effet en sortie du onduleur, il y a une tension de 240V ce qui peut être dangereux si les règles de sécurité ne sont pas respectées. Ainsi, seul les personnes formées pourraient accéder au local pour réaliser la maintenance nécessaire.  

N'ayant pas pu récolter la totalité des fonds nécessaires à l'aboutissement du projet les étudiants ont décidé de prolonger la mission sur une autre année. Ils l'ont ainsi proposés aux étudiants nouvellement arrivés à l'ENSEM en septembre 2017. 

Deux membres de l'association, Johanna GROSSET et Badra BOUKILI ce sont toutefois rendues au village durant l'été 2017 afin de récolter de précieuses informations sur le village : la manière de vivre des habitants, la disposition des bâtiments, les dimensions des endroits à éclairer...


Deuxième année : finalisation 


La nouvelle équipe s'est chargée de finir la récolte de fonds et est partie à  la recherche de partenaires. Elle est entrée en contact avec l'entreprise luxembourgeoise Neotechpro qui lui a fait repenser sa solution technique. En effet, l'entreprise proposait un système d'éclairage autonome. C'est à dire que la totalité du système d'éclairage (production, conversion, stockage, distribution) est regroupée en un seul bloc. Ainsi le problème de distribution avec des câbles partant du local technique ne se pose plus. D'ailleurs, il n'y aurait pas de local technique, ce qui permet d'éviter cette partie génie civil.

Cette solution possède moins de risques d'électrisation puisque tous les composants sont dans un boîtier fermé. Cependant la maintenance est plus compliquée mais la durée de vie des composants est très intéressante. Il faudra donc envoyer le matériel défectueux à l'entreprise Neotechpro afin de faire perdurer le projet. Le but n'étant pas qu'au bout de quelques années le village se retrouve dépourvu d'éclairage et ne pouvant rien faire pour y faire face.

Neotechpro a également offert de participer financièrement au projet ce qui a permis de clore la récolte de fonds. Les modules solaires ont donc été commandés en juin 2018, et le voyage a été prévu pour octobre de la même année. 

La solution retenue comprenait toutefois une part de génie civil (installation de poteaux) ce qui ne faisait pas partie des compétences d'un ingénieur ENSEM. L'association a donc pris contact avec l'EPT, Ecole Polytechnique de Thiès (Sénégal) pour obtenir de l'aide sur place.  


Le voyage et l'installation des modules


Cinq étudiants d'Energies pour Ndaw sont partis au Sénégal pendant deux semaines du 28 octobre au 6 novembre 2018 afin d'installer les modules solaires tout intégrés.  Ils ont été gracieusement logés et nourris par Samba Ndiaye, maire de la commune de Ndoffane, ville se situant à proximité de Medina Ndaw. Il a également fourni une aide pour toutes les problématiques de transport sur place.

Au village, les cinq ensemiens ont été rejoints par cinq étudiants de l'EPT et ont procédé à l'installation de trois projecteurs solaires d'une puissance de 3 Watt et de trois lampadaires solaires plus puissants, montés sur des poteaux. Ils ont reçus beaucoup d'aide des villageois et en particuliers des deux maçons du village. Au bout de trois jours de travail intensif, les lumières se sont allumées et les sourires d'Ndaw ont été illuminés !

Ce voyage a donc permis de rencontrer les habitants du village d'Ndaw et de dresser la topologie du village. Toutes les informations récoltées seront très utiles pour continuer le développement énergétique de Medina Ndaw. 
De plus il a été le début de la coopération d'Energies pour Ndaw avec l'EPT qui nous l'espérons, perdurera longtemps.